Récits de course 2019

 

SR - Randonnée à ski dans le Diemtigtal

 

Du 11 au 15 mars

 

 

 

Chef de course : Dominique M.

 

Participants : Carlos et Cristel M., Catherine et Sébastien H., François L. (Genève), Sabine R.

 

 

 

Un problème de réservation et la semaine prévue au Simplon se déroule dans le Diemtigtal. Au vu de la météo, le plan B s’est avéré un excellent choix.

 

Départ lundi matin aux aurores pour éviter les embouteillages à Berne …  succès mitigé. Arrivée au chalet où Cristel et Carlos nous attendent … avec un café. Aimable attention, appréciée à sa juste valeur. Nous y passerons la journée à regarder la neige tomber et le vent souffler. Début en apparence peu enthousiasmant, mais non, la neige tant attendue arrive.

 

Mardi matin, nous partons de Grimmialp (1230m) vers le Mariannehubel (2155m) … après avoir trouvé un bâton à la personne qui avait perdu la moitié d’un des siens. Avatar sournois des bâtons télescopiques ! Le ciel est bleu azur et la température agréable accompagnent notre progression dans 30 cm de neige fraîche, comme dans les rêves. La descente nous fournit l’occasion de pratiquer un ski fabuleux, tout en souplesse. Du plaisir intégral ! Le repas du soir nous donne une idée de ce que sera cette semaine de fins gourmets. Les moutons des Cristel et Carlos nous offrent des filets fumés fondants à souhait, Catherine a préparé un plat de lasagnes à damner un Italien, Sabine un cake aux pépites de chocolat des grands soirs. Il en ira ainsi de repas en repas, je ne vous torture pas plus avec ce que vous avez raté.

 

Mercredi venteux, mais qui ne nous empêche pas de retourner à Grimmialp pour cheminer vers le Rauflihorn (2323m). Une progression en fond de vallée puis l’ascension d’un alpage jusqu’au col de Grimmifurggi (2022m). Là, nous basculons en face sud et sommes pris dans des bourrasques de vent qui douchent notre enthousiasme. Le sol gelé et pelé fera le reste : après quelques dizaines de mètres, nous décidons de rebrousser chemin. La neige tombée en cours de nuit nous offre une fois encore l’occasion de skier comme sur un nuage.

 

Jeudi, nous profitons d’une accalmie en matinée pour nous diriger vers le Wirihorn (2304). Autre topographie : l’ascension s’effectue de bout en bout sur des pentes situées entre 20° et 30°. Le relevé du GPS donne un graphique quasi linéaire. Il  a encore neigé pendant la nuit. Nous avançons dans un coussin d’ouate entre prés et forêts. Agréable sensation et doux pressentiment pour la descente. Mais, lorsque nous atteignons la cote 2000, les conditions rencontrées en fin de montée la veille se répètent : sol pelé et gelé. Plus hédonistes que stakhanovistes, nous retirons les peaux et nous laissons aller dans une de ces descentes dont on se rappelle des années plus tard. Les courbes dans les combes et entre les épicéas s’enchaînent sans la moindre difficulté tant la neige est souple et légère. La dernière soirée se déroule comme il se doit autour d’une fondue.

 

La tempête qui traverse l’Europe est arrivée en cours d’après-midi, nous avons renoncé à la sortie prévue pour vendredi. Pour une fois, nous retrouverons nos pénates à une heure raisonnable.

 

Si vous avez lu ce compte-rendu jusque-là, vous avez droit à un supplément : nous avons préparé nos courses en nous aidant du logiciel skitourenguru (www.skitourenguru.ch). C’est un outil qui intègre la météo, le risque d’avalanche, la pente et son orientation ainsi que le risque d’accident en fonction de ces paramètres. Il donne un score situé entre 0 et 3, bien expliqué dans le mode d’emploi. Essayez-le, il me semble constituer un vrai progrès dans les aides à la décision pour préparer une course de ski de randonnée.

 

 

Dominique Monnin

 

 

SR - Week-end de ski de randonnée dans le Val Ferret

 

samedi 16 et dimanche 17 février 2019

 

Chefs de courses : Jean-Bernard Bandelier, Bernard Kummer et Xavier Bédat

 

On arrive d'un peu partout à l'auberge des glaciers ce samedi matin; du Jura, bien sûr, mais aussi de Luzern, Zürich, Lausanne, Fribourg, Neuchâtel. Le groupe compte des jeunes, des moins jeunes, des étudiants, des «expatriés» tous du CAS Jura, tous prêts à partager un week-end ski randonnée à La Fouly.

 

Cristel

 

Samedi 16 février

 

Tête de Ferret (2714 m)

 

Chef de course: Jean-Bernard B

 

Participants: Martin F, Catherine et Sébastien H, Patrick J, Yves M, Chantal P, Sabine R, Judith et Lydie S, Carlos et Cristel M.

 

Nous partons donc en milieu de matinée de ce samedi ensoleillé, avec pour premier objectif La Dotse (2488 m). Après avoir longé un moment la piste de ski de fond, nous attaquons la pente et les conversions... Il fait très beau, les conditions sont bonnes, l'endroit est magnifique. Pause à La Dotse, photos, pique-nique, tout semble bien aller pour tout le monde. Nouveau départ, le groupe s'étire un peu, et un de nos amis bien sportif, bien en forme habituellement, a de la peine. En y mettant tout son courage, il finira par arriver à La Tête de Ferret (2714 m) vraiment à bout de force. Excellent skieur, ses skis le porteront encore jusqu'en bas des pistes.  Que s'est-il passé? Probablement une mauvaise gestion de l'alimentation... Le petit déjeuner pris à 5 h du matin n'a pas suffi...

 

Depuis La Tête de Ferret, nous avons plus de 1000 m de descente vers La Fouly dans la poudreuse. C'est un réel plaisir pour les uns, un «bon exercice physique» pour les autres (certains préfèrent la montée!)

 

Merci à tous pour cette belle journée

 

Cristel

 

La Dotse (2488 m)

 

Chefs de course : Bernard K et Xavier B

 

Participants : groupe d’initiation SR

 

Arrivés sur les pistes de ski de fond, nous faisons un petit arrêt, histoire de définir deux groupes. Les plus expérimentés s’en vont avec Jean-Bernard et les novices suivront « le Xa » et Bernard. Petit check de nos DVA et nous voilà en route en direction de la Dotse. Je me délecte de ce magnifique ciel bleu. Petite pause au bout d’une heure et tout le monde enlève « une couche ». Les conversions commencent ! Ayant un peu oublié certaines règles (pourtant bien expliquées par Xavier à Chasseral) je tombe dans un beau paquet de poudreuse en ne manque pas d’en remplir mon pantalon (et oui, quand il fait chaud, on ouvre les côtés). Mais avec les bons conseils d’Agnès et Bernard (merci) toute la cinématique revient. Environ 3 heures plus tard, arrivée au sommet de la Dotse. C’est l’heure du casse-croûte et Sylvain en profite pour faire quelques postures de yoga. On remballe nos peaux et c’est le départ pour une fabuleuse descente et Félicie nous fait une belle cabriole... Après les espaces vierges, on termine en forêt.

 

Retour au point de départ, on prend possession de nos dortoirs et hop, à l’apéro ! Mais le temps file et l’heure du départ pour rejoindre le dôme en haut des pistes a sonné. Il suffira de faire les 400m D+ pour avoir droit au repas. Les raclettes et desserts ayant bien rempli nos estomacs, c’est le moment de fixer nos lampes pour la descente de nuit (ou presque) sous la pleine lune !

 

Dès notre arrivée à l’hôtel chacun range son matériel et nous voilà à nouveau à bavarder autour de quelques bières. Un grand merci à toute l’équipe pour cette merveilleuse journée. 

 

Yves Léchenne

 

Dimanche 17 février

 

Grand Lui (2508 m)

 

Chef de course : Jean-Bernard B

 

Participants : Chantal P, Yves M, Wladimir W, Sébastien H, Matthieu B, Lydie S

 

Après une belle soirée raclette sur les pistes, le réveil à 6h du matin pique un peu les yeux, mais la perspective d’une belle journée ensoleillée aidant, l’humeur est au beau fixe !

 

Nous débutons aux aurores, dans le calme de La Fouly encore endormie (nous aussi d’ailleurs). Nous montons progressivement sous un grand ciel bleu. Plus nous avançons dans la journée plus la chaleur gagne en intensité. Peu à peu, la vue se dégage et les sommets avoisinants pointent le bout de leur nez ! Après 5 heures de montée et quelques arrêts pour enlever « des couches » et mettre les couteaux, nous touchons presque au but. Il faut maintenant laisser les skis et terminer à pieds. Une fois en haut, le panorama à 360° nous coupe le souffle, tous les efforts sont récompensés !

 

À peine le temps de profiter de la vue, prendre des forces et mettre de la crème solaire que nous voilà déjà prêts pour la descente, impatients de profiter de 1900m D- bien mérités ! La neige molle fait monter encore un peu la température de nos quadriceps déjà en surchauffe (mais ils ont déjà vu pire avec JB).

 

En un rien de temps, nous voilà en bas, comme si tout n’avait duré qu’un court instant. De nos mémoires, les souvenirs de nos muscles endoloris s’échappent déjà alors que s’ancrent les panoramas de nos si belles montagnes.

 

                                                                                                                                 Lydie Staub

 

Aiguille des Angroniettes  (2885 m)

 

Chefs de course : Bernard Kummer et Xavier Bédat

Participants : groupe d’initiation SR + quelques membres de l’équipe à Jean-Bernard

 

7h à l’auberge des Glaciers.  A peine réveillé, paysages fabuleux, ciel bleu, ambiance raclette, descente « à la frontale » …j’ai toujours les images de la veille dans la tête.

 

Aujourd’hui, c’est le val Ferret que nous allons dévorer. Visages crémés et peaux collées, nous partons direction Ferret, un minuscule village inhabité en hiver où l’on peut découvrir une magnifique chapelle. Pas le temps de faire une prière, nous continuons tout droit sur l’alpage des Ars, porte d’entrée d’un lieu qui semble être lavé de toute civilisation. La météo rivalise avec l’ambiance du groupe, belle neige, ciel bleu et grand soleil. Après 3,5 km nous faisons une petite pause histoire de se désaltérer. La suite est impressionnante, espacés de 25 m, nous poursuivons sur un faux plat et traversons trois avalanches dont une vraiment énorme. La nature est belle et bien maître des lieux !

 

Plus on avance et plus la montagne dévoile son grand manteau blanc et vierge à l’infini. Le silence étouffe toutes nos paroles, c’est splendide !

 

Quelques efforts plus tard nous atteignons l’objectif mais le vent nous glace. Ni une ni deux, les peaux sont rangées et nous nous laissons glisser sur des pentes inexplorées. Les rires du groupe résonnent à chaque virage. Quelques minutes de pur bonheur et c’est l’heure du casse-croûte.

 

Il reste un petit bout de chemin pour retourner au point de départ. Nous continuons la descente calmement. Arrivé sur la terrasse de l’auberge, juste le temps de partager nos émotions et c’est l’heure des « au revoir ».

 

Voilà pour moi un 1er week-end inoubliable au sein du CAS Jura.

 

Un énorme merci à « Xa » pour l’organisation.

                                                                                              Eric

 

SR - Ski de randonnée à la Hasenmatt

Dimanche 10 février 2019.

Chef de course : Yves Meyer

Participants : Agnès B, Sébastien H, Olivier M et Raphaël M

 

Une météo annoncée avec un fort vent du sud-ouest, ciel couvert et début des précipitations en cours d’après-midi : pas très encourageant pour cette sortie sur les crêtes du Jura.

 

Le rendez-vous à Crémines est fixé en tout début de matinée avec notre chef de course. On décide de laisser une voiture sur place pour le retour et on embarque tous dans la deuxième pour St-Joseph.

 

Il y a assez de neige pour mettre nos skis dès le départ de la randonnée direction le sentier du pâturage de Rüschgraben. Une longue traversée en forêt nous mène ensuite sur le chemin de la crête de la Hasenmatt. A notre grande surprise, il y avait quelques petits passages de ciel bleu mais par contre notre arrivée au sommet des 1444 m était des plus déroutantes vu la force du vent. Il nous était difficile de tenir debout, les rafales dépassaient les 100 km/h, il était donc impossible d’enlever les peaux à cet endroit. Les plus téméraires ont tout de même pu prendre quelques photos pendant que d’autres avaient beaucoup de mal à tenir en place…demandez à Olivier ! La descente à skis était bien agréable sur cette petite couche de neige soufflée, jusqu’au col de la Binz. Une petite pause sandwichs nous attend, de quoi reprendre des forces pour la suite du parcours.

 

On remet nos peaux pour monter sur la montagne de Grandval pour atteindre l’Auberge Oberdorf qui nous accueille dans une ambiance des plus sympathiques en nous proposant des boissons chaudes pour nous réchauffer. Il ne faut pas trop tarder pour repartir, car un front pluvieux va bientôt arriver. On chausse nos skis pour descendre les pâturages de Crémines tout en cherchant les endroits les plus enneigés.  La fin du parcours se fait avec les skis sur le dos jusqu’à la voiture que l’on avait laissée au point de départ. Il est 14 h et la pluie commence à tomber, tout était bien calculé !

 

Un dernier verre nous est offert à Perrefitte chez l’un des participants. Magnifique randonnée, bonne petite ambiance et une météo finalement assez favorable par rapport aux prévisions.

 

A refaire !

Raphaël Seuret